Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lyons la Forêt (Normandie)

Publié le par Marie Célanie

Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess
Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess
Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess
Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess
Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess
Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess
Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess
Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess
Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess
Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess
Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess
Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess

Au long des rues de Lyons la Forêt, un très beau village normand, des images de cartes postales et d'autres, plus surprenantess

Voir les commentaires

Campagne normande

Publié le par Marie Célanie

Promenade en Normandie, un week end du mois de mai....what else?
Promenade en Normandie, un week end du mois de mai....what else?Promenade en Normandie, un week end du mois de mai....what else?
Promenade en Normandie, un week end du mois de mai....what else?Promenade en Normandie, un week end du mois de mai....what else?
Promenade en Normandie, un week end du mois de mai....what else?Promenade en Normandie, un week end du mois de mai....what else?

Promenade en Normandie, un week end du mois de mai....what else?

Voir les commentaires

MANETTE

Publié le par Marie Célanie

C'est elle qui me reconnaît la première. Et du bout de la rue, elle me fait son petit sourire en coin.

Je suis perdue dans mes pensées, je tire mon caddy, plein de légumes, je pense au repas à préparer et qu'il faudra que je retourne au marché sitôt le chariot vidé et je ne la vois qu'au dernier moment.

Elle sourit toujours et s'approche pour m'embrasser. Je la serre dans mes bras "Comment ça va, Manette?" Et elle me répond comme toujours "Pfuuuuu! ça va, enfin, oui ça va"

Mais ça ne va pas, non. Jamais je ne l'ai vue sortir dans cet état. Ses cheveux sont en désordre, pas coiffés, malgré le vent qui souffle, elle n'a pas fermé sa vieille doudoune qui a perdu ses couleurs, (je sais qu'elle en a une autre, noire, neuve, mais c'est pour les dimanches et les visites), son gilet noir est mal boutonné et son pull blanc pendouille dessous, sorti du pantalon. Mais que vous arrive-t-il Manette?

Elle tire son caddy.

"J'ai perdu mon mari. J'avance." "Oh! Mais vous allez le retrouver, va"

Elle aperçoit la botte de blettes qui déborde de mon chariot. "Vous avez trouvé des blettes? Chez Momo?" J'essaie de lui expliquer que, non, je ne les ai pas achetées chez Momo. Mais déjà elle s'égare, ne comprend plus. Je l'embrasse en la quittant et 10m plus loin, je croise Jean.

"Manette vous cherche"

"Oui, je la perds de temps en temps, mais je la retrouve toujours"

Il sourit avec tendresse. En lui parlant, je vois qu'il a oublié quelques touffes de poils blancs, en se rasant. Il ne les voit plus. Et ça me serre le cœur.

Je les regarde s'éloigner, elle trottinant péniblement sur ses vieux pieds douloureux, petite et fragile, lui grand et gris, myope, toujours souriant, et qui la couve d'un regard inquiet et attendri.

Non, Manette ne va pas bien.

Depuis quelque temps, elle ne trouve plus ses mots. Elle les cherche, bégaie, balbutie, cherche une périphrase, s'exaspère de son impuissance, et quand le mot revient c'est l'idée qui est partie. Et, si on le lui souffle, ce mot, elle s'énerve aussi, ressentant encore plus son handicap.

Elle se plaint parfois. "Dans ma famille, on vit très vieux. Mon père est mort à 104 ans, et ma sœur, ma sœur, qui a 5 ans de plus que moi, est toujours là. J'ai 90 ans. J'en ai assez. Je dors. Dès que je m'assoie, je dors. Ce matin, j'ai dormi jusqu'à 9h. C'est trop" Elle fait une pause, puis reprend "C'est trop long. C'est trop long" Je comprends à demi-mot et je la serre dans mes bras. Elle essuie ses yeux. Maintenant, ils larmoient en permanence, et ça l'agace. Alors, elle souffle : Pfuuuuu!

Souvent nous nous retrouvons devant l'étalage de Momo et je lui demande pourquoi elle achète toujours autant de légumes. "Pfuuuu! Mon mari...." et sa langue s'embrouille.

Elle cuisine très bien, Manette, et tant qu'elle pourra sortir choisir ses légumes, les éplucher, les cuisiner, ça ira à peu près. Elle s'épuise à traîner son caddy de chez elle jusqu'au marché, du marché jusque chez elle. Et non, elle ne veut pas des repas fournis par la Mairie. Pas encore. Elle cuisine pour son mari. Encore et tant qu'elle pourra. Comme elle l'a toujours fait. Elle sait ce qu'il aime et comment le lui préparer. Encore un peu.

Ils sont si fatigués, Jean et Manette. Ils avancent encore à petits pas, à petits maux. La vie leur échappe doucement. Ils vivent seuls, dans leur maison, au cœur de leur jardin, dont ils étaient si fiers, et qu'ils ne peuvent plus entretenir, ou presque. Ils nous sourient, heureux de nous voir, et nous, en les voyant, nous voyons notre passé et notre avenir avec effroi.

Car quand ils auront disparu, à notre tour, nous nous battrons contre le temps.

Alors, on les embrasse encore. Encore une fois. Encore un peu. On serre leurs vieux corps fatigués dans nos bras comme on les aime, Jean et Manette.

 

©Marie Célanie

Voir les commentaires