Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Chambre aux Mille Secrets

Publié le par Marie Célanie

Tu m'avais offert une fenêtre, ouverte sur les étoiles.

Et, allongés sur le lit, main dans la main, nous les regardions en silence, et nous volions vers elles, toi et moi.

Mais un jour, sans raison, sans un mot, tu fermas la fenêtre et ce fut comme si elle n'avait jamais existé.

Et tu sortis de la chambre aux mille secrets.

Tu refermas la porte sur le lit défait, les vêtements épars et la vaisselle sale.

Me laissant dans le noir et le froid.

Longtemps, je me cognai aux murs, avant de m'effondrer sur le sol, les cheveux dénoués couvrant mes épaules, le corps meurtri.

Les secrets de la chambre hurlaient à mes oreilles, couvrant mes pleurs.

Enfin, je pus ouvrir la porte.

Je sortis, dans la lumière blafarde et je fermai à clé la chambre aux mille secrets.

Je partis.

Droit devant moi.

Sans réfléchir.

Sans m'arrêter.

J'allais. Loin de la chambre aux mille secrets.

J'allais, jusqu'aux confins du monde, là où la terre finit, la où le monde se fond dans la mer.

Comment y arrivai-je enfin? Je ne sais plus. Mes pieds avançaient, comme guidés, comme si une voie se traçait devant eux.

La mer m'attendait.

J'entrai dans l'eau et nageai aussi loin que je pus, aussi longtemps que je pus.

Et là, j'ouvris mon poing fermé et je jetai la clé de la chambre aux mille secrets. Je la laissai tomber au fond de l'océan,

Pour que jamais personne ne la retrouve,

Pour que jamais personne ne rouvre la porte de la chambre aux mille secrets.

Je sortis de l'eau et laissai sécher sur ma peau l'eau salée.

Je tressai mes cheveux ruisselants et rinçai mon visage.

Assise sur le sable, je restai longtemps à regarder le soleil se noyer à l'horizon.

Je le regardai brûler sous la surface de la mer.

Et quand il fit nuit,

Je partis.

Droit devant moi.

Sans réfléchir.

Sans m'arrêter.

Vers ailleurs.

 

©Marie Célanie

Commenter cet article